Ep.45 : Les petits bidons – acquisition & grande distribution

  • Post category:Podcast

A propos des petits bidons et de Cyril Neves

Cyril a travaillé pendant 7 ans dans des grands groupes comme l’Oréal et Danone, avant de se rendre compte que les décisions prises n’étaient pas toujours en accord avec ses valeurs.

En quittant ce milieu, il a pu consacrer son temps libre à faire des choses qu’il n’avait pas l’habitude de faire, comme se lancer dans une démarche personnelle plus écologique et notamment faire sa propre lessive. A ce moment-là, il réalise deux choses dans le fait maison :

  • Il y a peu d’ingrédients
  • Il n’aurait jamais eu le temps de faire ça s’il avait continué à travailler

En poursuivant ses recherches, il se rend compte que la réglementation n’oblige pas les fabricants à afficher la liste des ingrédients sur ces produits. « Et quand tu tombes dessus, tu comprends vite pourquoi elle est cachée » : à base de dérivés de pétroles, dérivés d’huile de palme, perturbateurs endocriniens… Des ingrédients à la fois polluants pour la planète et néfastes pour la santé.

Avec Les Petits Bidons, Cyril a voulu créer une lessive prête à l’emploi, efficace, pratique et naturelle. En parallèle de cet aspect produit, il réalise que “le marketing autour des lessives n’a pas évolué depuis 40 ans, les lessiviers c’est les inventeurs de la pub”. 

Et s’il existait une autre manière de communiquer sur la lessive, moins genrée et plus moderne ? 

“Comment, au-delà de faire de bons produits, on arrive à changer les codes de marché pour amener plus de transparence, plus de naturel et finalement retrouver du bon sens sur un marché qui en a perdu depuis longtemps”

Les Petits Bidons c’est aussi :

  • “laver sans tout salir” : une signature marquante
  • Une campagne de crowdfunding à plus d’1 million d’euros sur Tudigo
  • Une équipe de 10 salariés
  • Une profonde volonté de changer les codes et les mentalités sur un marché de grande consommation
  • une labellisation Labellisé Ecocert et une adhésion au club Entreprendre pour la Planète WWF France

Comment trouver ses premiers clients face à des mastodontes ?

acquisition

1- Les canaux digitaux : crowdfunding et réseaux sociaux

Le crowdfunding reste très intéressant quand on lance un produit en BtoC. Il permet de recruter les premiers ambassadeurs de la marque et de créer du bouche à oreille facilement.

Instagram  est également un incontournable, comme vous le savez sans doute déjà 😉  Le compte des Petits Bidons est un super cas d’étude ! Le contenu est moderne, à la fois divertissant et éducatif et tous les codes du moment sont utilisés (reels, personal branding, vidéos, …)

L’équipe partage à la fois des infos frappantes pour sensibiliser le consommateur sur des sujets dont il n’a pas conscience et à la fois ludique avec des astuces du quotidien pour aller vers une vie plus engagée et écologique. 

L’entreprise compte plus de 120 000 abonnés cumulés sur Instagram, Facebook et LinkedIn. 

💡 Dans l’impact, on doit aller petit pas par petit pas, sans culpabiliser le consommateur, sinon il risque de passer son chemin. Accompagner plutôt que sanctionner ! .

“Moi je suis intimement convaincu qu’en fait, tu peux pas faire faire d’énormes switch à la majorité des gens (sur la façon de consommer etc.). On est vraiment dans l’accompagnement des gens qui ont envie et qui ne savent pas par où prendre la chose”

🗝 Les clés à retenir :

  • Choisir une plateforme de financement participatif éthique pour sa campagne, c’est s’assurer de correspondre à sa cible à impact.
  • Etre pédagogue sur les réseaux sociaux, ne pas parler que de sa marque. 
  • Les sujets, vous les avez déjà : n’oubliez pas, vous êtes aussi des consommateurs, et vous connaissez les thématiques d’impact et de changement de votre marque.
  • Utiliser les nouveaux types de contenus proposés par les plateformes digitales, les algorithmes les poussent plus que les autres !

2- Une organisation d’équipe bien huilée

Chez Les Petits Bidons, 3 personnes gèrent les différents réseaux sociaux : ligne édito, recherche de contenus, mise en forme des infos, influence et des partenariats…

L’avantage d’avoir une équipe interne dédiée à ces sujets, c’est qu’elle peut se servir des sensibilités de chacun pour faire émerger les nouveaux contenus et amener de la structure à la communication. Chaque membre prend la parole, connaît les sujets, sait ce qui intéresse…finalement, ça nourrit l’ADN de la marque.

“On n’est pas là pour faire un compte vitrine, on est là pour intéresser les gens”

🗝 La clé à retenir : Faites de la veille et notamment un récap des actus environnementales et/ou sociales liées à votre activité

3- Sponsoring ou pas sponsoring ?

Oui Les Petits Bidons fait du SEA/référencement payant, mais pas de façon régulière. En fait, ils sponsorisent surtout les posts les plus pertinents pour leur base de communauté, qui vont intéresser le plus de gens, et les posts de lancement de produits.

🗝 La clé à retenir : A vous de choisir quand vous souhaitez investir dans le SEA, pas d’obligation, c’est utile surtout en lancement d’un produit, mais pas toujours indispensable 😊

Comment obtenir une place dans les rayons des supermarchés ? 

La distribution des Petits Bidons a commencé sur le site internet, et c’est encore aujourd’hui le moteur de croissance et de CA de la marque.

Depuis quelques mois, ils prennent leur place dans certains magasins : magasins bios, épiceries fines, magasins de bricolage… 

C’est depuis 2022 qu’ils ont pris leurs marques dans des enseignes de la grande distribution : Monoprix en janvier, puis Cora, et Carrefour en juin. 

Le but ? être présents là où les consommateurs sont les plus nombreux.

En réalité, ils auraient pu y rentrer plus tôt parce que ça faisait un moment que la grande distribution les a repérés. 

Mais conscients du rapport de force qui les attendait, ils ont fait le choix stratégique de créer la marque la plus forte et la plus enviable possible avant d’entrer en discussion. De cette manière, ils sont arrivés à la table avec une valeur ajoutée qui allait au-delà du produit. 

🗝 Les clés marketing à retenir :

  • Réfléchir à son positionnement de marque. Pour Les Petits Bidons, c’était réfléchir à une lessive dont le consommateur a envie, dont il n’a pas honte, au contraire, qu’il ait envie de montrer et de recommander à son entourage
  • Réfléchir à son discours de marque : ne pas communiquer juste pour vendre un produit mais aussi pour parler de l’impact du secteur sur l’environnement et la santé. L’idée est de vulgariser les sujets de manière moderne, offrir du snack content, adapté aux réseaux sociaux.

Un moment où l’entreprise aurait pu capoter

acquisition

Pour Cyril, l’entreprenariat ce sont des montagnes russes : « il y a des moments où tout va bien, des moments où t’as l’impression que tout va bien et des moments où tu mets beaucoup d’espoir dans un projet qui ne fonctionne pas »

« Quand t’en entends parler de l’extérieur t’as souvent l’impression que c’est un long fleuve tranquille alors qu’en fait c’est une aventure hyper difficile où il faut vraiment s’accrocher. »

Le conseil business pour une marque forte, sincère et transparente

“Tu te fera toujours tacler par quelqu’un qui pense que sa vision des choses est mieux”

Donc c’est continuer à avancer, surtout si vous êtes sûrs de votre décision, ne pas s’arrêter à la première critique, rester droit dans ses bottes sur ses engagements et ses valeurs. Votre devoir selon Cyril, c’est de suivre vos engagements et d’être transparent.

« Les gens comprennent quand tu t’expliques, mais il ne comprennent pas quand t’essaies de leur faire à l’envers… »

Acteurs à recommander

  • Jho : ils ont une communication dingue et hyper transparente autour de leurs culottes menstruelles. C’est une super alliance entre engagements, communication et modernité.
acquisition
  • Ziggy : pour une communication  tout aussi décalée qu’engagée. Ils savent allier humour et engagement.
  • Loom : marque de vêtements inspirante avec une démarche radicalement différente en termes de transparence, partie pris et engagements. D’ailleurs si vous voulez en savoir plus, c’était un des premiers épisodes de Business Positif, vous pouvez l’écouter juste ici 😉

Et comme vous êtes encore là !

J’en profite pour vous remercier pour votre écoute et votre lecture, on vous compte de plus en plus nombreux parmi nos auditeurs et ça nous motive à continuer ce travail de fond sur le business à impact.  
Si ça vous dit de nous soutenir, il y a 2 moyens très simples (et gratuits !) de le faire :

A très vite !
Melody SCHMAUS