EP.10 Ilek – Fournisseur d’énergie verte Toulousain

logo ilek

L’aventure ilek et ses activités dans un contexte de post-confinement

remy_companyo_ilek_podcast_business_positif

Ecouter sur Soundcloud
Ecouter sur Spotify
Ecouter sur Apple Podcast
Ecouter sur Stitcher
Ecouter sur Deezer 

Dans les locaux d’ilek, notre entrevue avec Remy Companyo nous plonge dans l’aventure d’un fournisseur d’énergie verte basé à Toulouse. À travers, les restructurations internes et la nécessité de s’adapter à un nouveau marché suite au confinement, découvrons le parcours de cet entrepreneur autour des trois questions principales suivantes :

  1. Comment ilek est né ?
  2. Comment ilek se positionne par rapport à ses concurrents ?
  3. Quels sont les prochains défis d’ilek ?

ilek : l'histoire d'un business positif

ilek energie verte photo

M.S : Bonjour Rémy !

R.C : Bonjour Melody !

M.S : Comment avez-vous vécu cette période de confinement ?

R.C : Nous avons été touchés en terme d’activité, et nous avons 15 à 20 % de notre équipe dans nos locaux seulement, mais heureusement nous sommes en train de remonter et de nous réinventer.

Comment est né ilek en tant que fournisseur d’électricité verte ?

R.C : ilek est né de la rencontre entre Julien, mon associé ingénieur dans l’énergie et moi, un entrepreneur. L’idée était de créer un circuit court et de développer la notion de transparence en choisissant son producteur d’énergie au début de la chaîne de valeur. Bien évidemment, nous souhaitons valoriser l’ensemble de cette chaîne en tant qu’intermédiaire entre le producteur et les milliers de consommateurs.
Pour être fournisseur d’énergie en France, il faut une autorisation du Ministère dédié, et verser une taxe. Nous avons obtenu le droit d’exercer mi 2016 et signé avec Martial Estebe, un producteur d’énergie hydroélectrique dans les Pyrénées, qui nous a cédé une partie de son énergie sur deux centrales.

ilek-fournisseur-energie-verte-podcast-business-positif

M.S : Qui sont les personnes qui fournissent l’énergie ? Comment vous les trouvez ?

R.C : Chez ilek, nous ne vendons pas l’énergie produite par des particuliers, mais plutôt celles des professionnels, dont c’est le métier. Nous les rencontrons autour de projets participatifs, lors de salons professionnels, grâce au bouche-à-oreille, etc. Par ailleurs,

nos prises de parole sur les sujets de l’énergie et en particulier l’énergie verte ont attiré des producteurs vers ilek.

M.S : Quelle est la culture interne d’ilek ? Quels sont les critères d’embauche ?

R.C : Il y a 3 ans et demi, c’était un peu difficile de recruter, mais avec le développement de l’appétence sur l’écologie depuis quelques années, il est maintenant plus facile de trouver des profils qualifiés et motivés.

Notre vision et notre ambition sont de permettre à un maximum de personnes d’avoir accès à une énergie verte.

Notre culture interne est basée sur trois valeurs :

  • le Human Centric : la relation humaine est au cœur du projet, ainsi qu’une formidable relation avec nos clients.
  • la fierté d’être vert : travailler dans une boîte qui a de l’impact et qui rend fiers nos collaborateurs en donnant du sens à leur travail.
  • la piraterie chez ilek : “si ma cause est juste, il faut oser et cultiver l’échec”.

L’échec fait partie de l’apprentissage.

C’est une méthodologie que l’on définit à partir de tests, la définition des objectifs, les datas à suivre, les valeurs qui définissent le succès, ou l’échec d’un projet. Par exemple, notre tentative de développer l’autoconsommation s’est soldée par un échec, mais cela reste un moteur pour continuer l’aventure ilek.

M.S : Comment vous sollicitez votre clientèle ?

R.C : Nous avons commencé à adresser nos services à notre entourage, puis auprès des personnes qui connaissent le sujet. Ensuite, grâce au référencement en ligne de notre activité autour de l’énergie et de l’environnement, d’autres clients ont commencé à s’inscrire.

Avec une dizaine de canaux qui fonctionnent, nous faisons en sorte de parler de nous auprès des clients qui ont une forte communauté digitale.
Par la suite, notre partenariat avec WWF France fut un succès, car il a mis en avant ilek sur une opération spécifique : un achat groupé basé sur un effort tarifaire qui a abouti à une importante collecte de clients.

M.S : D’après un article publié mi 2019, vous aviez pour objectif 10 % de croissance, 50 000 clients et 50 salariés en 2020 ? Qu’en est-il ? 

R.C : Aujourd’hui, malgré le contexte, nous nous approchons des 80 000 clients et nous avons 45 salariés, bientôt 50, donc nous sommes dans les chiffres prévus.
Durant le confinement, nous avons dû adapter notre organisation, afin d’assurer le service auprès de nos clients. En adoptant le télétravail, nos collaborateurs étaient plus productifs en étant chez eux, donc nous avons gardé ce mode de fonctionnement.

À partir de là, nos salariés étaient au cœur du projet.

Il fallait continuer à les encourager en créant des événements en interne et en décloisonnant ilek en fonction des moments de vie. Nous avons permis à chacun une immersion auprès de chaque service pour avoir une flexibilité et une facilité d’échange entre les équipes.
Certes, nous avons connu une baisse de notre clientèle, mais la seconde phase du confinement a été marquée par une reprise de notre activité, grâce à une prise de conscience sur la consommation et l’énergie verte.
ilek veut émerger et se différencier, donc communiquer différemment. L’énergie est un sujet assez complexe, effrayant, l’idée de transparence est en cela très importante. Ainsi, nous nous intéressons beaucoup à ce que nos clients attendent. Le message à passer est d’arrêter de parler d’énergie, mais de se concentrer sur les changements à apporter dans nos vies, d’avoir une communication plus honnête, d’échanger autour de l’écologie positive, de pouvoir donner des réponses à ce que nos clients ne connaissent pas…
Lorsque vous souscrivez chez ilek, il y a une relation humaine qui se crée avec une forte valeur.

ilek-fournisseur-energie-verte-podcast-business-positif

Comment vous vous positionnez par rapport à vos concurrents ?

M.S : Quelle est votre politique de prix ?

R.C : Il existe un prix réglementé standard qui peut évoluer un peu à la hausse, mais qui reste la norme.
Effectivement, l’énergie verte est toujours un peu plus chère, mais on ne veut pas passer de messages d’économie comme pourraient le faire d’autres fournisseurs d’énergie alternatifs qui s’approvisionnent à l’étranger. Chez ilek on souhaite rester au milieu, ne pas être moins cher ou trop au-dessus que ce fameux tarif standard.

On vise un juste prix qui permet de rémunérer nos producteurs engagés.

Pour qu’ilek puisse fonctionner, il ne faut pas oublier qu’il y a derrière :

  • une technologie,
  • une plateforme fonctionnelle,
  • un logiciel de facturation CRM qui permet d’avoir une économie à grande échelle, un service client de qualité, un relevé de compteur automatique envoyé par e-mail,
  • et une stratégie de mise en relation producteur-consommateur basée sur la transparence.

M.S: Qu’en est il de la notion de rentabilité, quelle est votre état d’esprit et votre business plan ?

R.C : Avec la notion d’entreprise, il y a les charges à payer (les producteurs, les salariés et les clients). Pour nous, l’idée d’une économie viable, rentable est une volonté que nous avons toujours eue.
Nous avons choisi de lever des fonds afin de financer notre développement dans :

  • la volonté de maintenir un équilibre pour permettre à l’idée de se développer, mais également de trouver des financements supplémentaires pour anticiper l’arrivée de nouveaux clients et développer notre recrutement.
  • notre souhait de sécuriser nos capacités de service auprès des consommateurs.

C’est un moyen complémentaire pour continuer notre projet, rendre l’entreprise solide avec une restructuration en interne. Il s’agit d’un fonds à impact qui aborde le côté environnemental du projet comme une valeur importante.


Étant une boîte très jeune et dans un univers très numérique, nous favorisons la communication digitale notamment à travers la publicité sur Facebook, Instagram, Youtube, Google AdWords, etc. Niveau branding, nous avons repositionné l’entreprise et la marque en nous lançant dans le offline avec l’affichage métro et les campagnes Télé. Ces médias de masse sont porteurs de notoriété pour ilek.
Nous sommes acteurs sur tout le territoire français. Chez ilek, nous parlons d’ambition carbone (voir sur le site) soit 1 million de tonnes de CO2 à économiser, au lieu de parler d’une ambition autour du nombre de clients. Actuellement, nous sommes à 5 % de notre objectif.

Notre ambition est d’avoir un impact à grande échelle et d’influer sur tout le marché. Même avec un infime pourcentage, nous pouvons basculer le marché et créer un changement auprès des acteurs des énergies fossiles dans leur stratégie.

M.S : Comment voyez-vous votre relation avec vos concurrents ?

R.C : On mène un projet qui consiste à mettre plus de l’énergie verte dans le mix français. Bien évidemment, on peut avoir des voies communes, mais également des désaccords en terme de transparence par exemple, que nous privilégions chez ilek.
Le choix d’être Green dans l’énergie est important non seulement pour le zéro énergie fossile, mais nous en faisons également une vision en l’utilisant comme un vecteur de communication et une “matière première” pour l’aboutissement de notre projet.

ilek-fournisseur-energie-verte

Quel est le prochain défi d’ilek pour les années à venir ?

R.C : Le défi à long terme est de maintenir la promesse : acheter de l’énergie verte auprès de producteurs et la mettre à disposition de nos clients.
On a envie d’avoir de l’impact et on ne va pas s’arrêter là.
À plus court terme, nous souhaitons développer nos partenariats avec les ONG, pour les valoriser, mais aussi présenter notre métier différemment et mieux répartir la valeur. La semaine du Développement durable en septembre est importante avec des acteurs qui veulent prendre la parole et une vraie dynamique qui se crée, ainsi que pleins de choses à découvrir.

Le conseil de Rémi d’ilek

remy-companyo-co-fondateur-ilek-fournisseur-energie-verte-podcast-business-positif

Faire de nos choix, notre matière première et les valoriser par la suite.
C’est ce qui nous a permis d’être labellisés “B Corp”.

Rémy recommande

ECOVIA : Frédéric Ferdinand Country Manager

Melody Schmaus, agence CAUSE
Marketing digital et Communication RSE pour un impact positif

Pour découvrir tous les podcasts, c’est par ici

Recevez par mail les derniers articles et podcasts Business Positif chaque mois
Partagez aux organisations à impact positif que vous connaissez

Laisser un commentaire